Le vidéo mapping, un nouvel atout pour les arts urbains?

 

Le Hip Hop a été célébré à l’occasion d’une grande rétrospective à Paris et HeavyM a été invité à y participer. Pour l’occasion, HeavyM et Büro23 ont co-créé une sculpture géante animée par un vidéo mapping inédit. L’exposition MEMO a présenté des oeuvres pluridisciplinaires dans un parcours immersif, pour sonder la place de la mémoire du Hip Hop dans nos sociétés actuelles. Retour sur cet événement :

Affiche de l’exposition

 

Les organisateurs : deux acteurs incontournables des cultures urbaines

RStyle est une association fondée en 2001 à Paris, qui a pour mission de présenter au public des approches originales des cultures urbaines et d’offrir aux jeunes talents la possibilité d’aller au bout leurs rêves. RStyle organise de nombreux événements, des formations, s’occupe du management d’artistes urbains et dispose de la Médiathèque des Cultures Urbaines qui recense plus de 3000 documents. En 2015, Jamel Debbouze a affiché son soutien pour l’association et le mouvement Hip Hop, qui « vient de la rue et ne véhicule que des valeurs très nobles ».

La Place est un espace culturel 100% dédié au Hip Hop, porté par la Ville de Paris depuis 2008 et inauguré au printemps 2016 sous la Canopée des Halles. Pour mener à bien ses actions de transmission, de soutien à la création et d’accompagnement, La Place dispose d’une grande salle de concert, d’un studio de diffusion, d’un incubateur, d’espaces pour les enregistrements son et vidéo et d’un atelier d’artiste graffiti street-art.

Train en marche, exposition MEMO

 

Pour l’exposition MEMO, RStyle et La Place ont souhaité mettre en scène le mouvement Hip Hop à travers le prisme de toutes ses énergies, dans des installations combinant vidéos, enregistrements, ambiance sonores, photographies et… Vidéo mapping : c’est là que HeavyM entre en scène !

 

« Point d’interrogation », par HeavyM et Büro23

C’est en 2014, lorsqu’elle était incubée au CENTQUATRE – PARIS, que l’équipe HeavyM a connu François Gautret, le président de RStyle. Séduit par le logiciel, François avait invité HeavyM à participer à un Jam Hip Hop avec le graffeur JayOne, pour une performance graffiti et vidéo mapping. En septembre 2017, François a proposé à Etienne de réaliser une oeuvre emblématique pour l’exposition MEMO, dont il avait la direction artistique. Son idée était d’interpeller les visiteurs, à la fin de l’exposition en sublimant une sélection d’images fortes du mouvement Hip Hop. Etienne a trouvé l’occasion parfaite pour donner une nouvelle dimension au kit Olga et réfléchir, avec Büro23, à une installation qui interroge la continuité de cet héritage culturel aujourd’hui. Pour rappel, Büro23 est l’agence fondée par Mike Martin, le designer du kit Olga (retrouvez son interview ici )

Ensemble, ils ont co-créé une sculpture géante en forme de point d’interrogation à partir de 4 kits Olga, soit 120 triangles équilatéraux, qui ont servi de surface de projection à des extraits de l’urban film festival. Le vidéo mapping provoque ici un patchwork de formes et de couleurs dans lequel le Hip Hop s’anime et se personnifie.

Il est intéressant de constater qu’Olga, habituellement considéré comme un objet de décoration, devient le médium d’une démarche plastique et conceptuelle qui emprunte à l’art contemporain.

 

 

Le vidéo mapping : la nouvelle technologie des arts urbains?

Depuis le début des années 2010, le vidéo mapping fait évoluer les conceptions du Street Art et s’impose petit à petit comme un nouveau mode d’expression dans l’environnement quotidien. A l’heure où le monde tourne à la vitesse du 4.0, la question des frontières entre le monde physique et le monde digital est si présente qu’elle a donné naissance à un nouveau mot : le phygital. Le vidéo mapping appliqué à l’art urbain se joue de cette frontière et peut conduire à créer des expériences totalement immersives, en pleine rue !

Dans cette logique de renouvellement des pratiques, le collectif néerlandais WERC a par exemple récemment développé le Projet Augmented Reality Graffiti qui permet de créer des variations infinies à partir d’une combinaison de cinq graffitis et de la réalité augmentée, vidéo mapping en tête.

 


Projet Augmented Reality Graffiti

 

Pour surprendre les citadins dans les endroits où ils s’y attendent le moins, le studio anglais Urban Projections a inventé un nouvel instrument de Street Art, le Light Cycle : un vélo doté d’un projecteur forte puissance, d’un système sonore, un ipad et une batterie.

Graffiti Digital avec le Light Cycle à Montana Nottingham

Comment, en pleine rue, provoquer l’étonnement, stimuler l’imaginaire, créer des images qui expriment vraiment quelque chose et suscitent des émotions? Cette question est au coeur de la démarche du studio français d’expériences visuelles Le3 et on se souvient de sa puissante métaphore de la jungle urbaine, dans les rues de Paris :

 

 

Le vidéo mapping opère tel un amplificateur des messages portés par le Street Art, tel un outil de design digital, ultra flexible. Le vidéo mapping va certainement continuer sur sa lancée de renouvellement du paysage urbain, pour véhiculer de nouvelles sensations, de nouvelles émotions et marquer les esprits plus durablement que les murs de la ville !

 

 

Donne vie à ton projet avec HeavyM

Essayer HeavyM